Un martyr ou un martyre ?

Un martyr ou un martyre ? Ne pas confondre les deux noms : l’un est variable en genre, l’autre non. Une martyre ou un martyr ont subi le martyre. Mais le terme a aussi un usage plus atténué, moins définitif...

Nom variable en genre, « martyr, martyre » s’applique aux personnes ou aux groupes humains (un martyr, une martyre, les martyrs, les martyres...). Mais « Le martyre » (nom masculin, invariable en genre) désigne en revanche les souffrances ou les supplices subis.

Le terme a d’abord eu une connotation religieuse dans le christianisme (le martyre de saint Sébastien). Il s’est ensuite étendu (le martyre d’Oradour-sur-Glane), mais a connu, évolution assez fréquente, un usage affaibli, peut-être parce qu’on considère égoistement sa propre douleur comme une insupportable atteinte (« J’ai souffert le martyre avec cette rage de dent »), voire son simple ennui (« Assister à cette pièce ennuyeuse était un martyre »)... tout comme ce que est « terrible » est loin d’inspirer toujours la terreur originelle.

Le martyre de sainte Barbe (santa Barbara) par Cranach le Vieux (1510). Metropolitan Museum of Art de New York/Wikimedia Commons (lic. CC-BY-SA 3.0)

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)