Alcoolique ou alcoolisé ?

Les deux adjectifs correspondent à des notions différentes que l’on confond parfois. Alcoolique est également un nom, avec un sens différent. C’est l’occasion d’expliquer aussi pourquoi on parle de gel hydroalcoolique et non de gel hydroalcoolisé.

Question

J’entends depuis plusieurs jours le terme gel hydroalcoolique. J’aimerais savoir pourquoi on ne dit pas plutôt hydroalcoolisé.

Réponse

Ce sont des gels conçu à partir d’un mélange d’eau et d’alcool (avec une soudure : hydro-alcoolique aurait-on écrit il y a quelques années, ou écrit-on parfois encore).

Ils ont bien une composante d’alcool : en l’espèce un composant contenant de l’alcool (éthanol) à usage médical (désinfectant). Ce n’est pas une préparation de base à laquelle on aurait ajouté de l’alcool en simple additif. Le côté « hydro » ne renvoie pas, dans ce cas précis, à l’eau, mais au péroxyde d’hydrogène (H2O2) plus connu sous le nom d’eau oxygénée. On peut renvoyer à la recommandation de fabrication de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) [1].

C’est là qu’il est nécessaire de rappeler la différence entre les deux adjectifs alcoolique et alcoolisé.

Une boisson « alcoolisée » contient un ingrédient principal auquel on a ajouté de l’alcool. Mais, par exemple pour le vin, les spiritueux ou même la bière, c’est à tort qu’on parle de boissons « alcoolisées », même si certains s’alcoolisent avec. [2] Mais certains industriels fabriquent à partir de boissons déjà alcooliques (certaines bières, notamment) des boissons alcoolisées avec un ajout

Dans un cadre plus personnel, un grog à base d’eau chaude, miel et citron est alcoolisé par adjonction de rhum.

Nom et verbe : ça change !

Alcoolique est aussi un nom qui désigne une personne dépendante à l’alcool. Cette addiction ne se traduit pas nécessairement par l’ivresse. On peut parler dans ce cas, parfois, d’alcoolisme mondain qui se traduit par la consommation régulière et systématique de boissons alcooliques sans que ne se manifestent les symptômes d’un état éthylique (mais les conséquences sur la santé sont bien là).

Alcoolisé est l’adjectif formé sur le participe passer du verbe alcooliser, « Mettre de l’alcool dans un autre liquide » (Trésor de la langue française informatisé [TLFI] TLFI). Au sens pronominal, c’est, pour la même référence, « S’enivrer, s’intoxiquer par l’alcool ».

Confusions au plus haut niveau

D’un point de vue normatif, Jean Girodet (Bordas des difficultés) met en garde sur la distinction nécessaire entre :

1. Une boisson alcoolique, qui contient de l’alcool, naturellement, par elle-même (vin, bière, cidre, eau-de-vie, apéritif, liqueur, etc.
Une boisson alcoolisée, que l’on confectionne en versant de l’alcool dans un liquide (cas du grog, par exemple). Il ne faut donc pas écrire Le porto est un vin très alcoolisé, mais Le porto est un vin fort en alcool.

Mais l’article « alcoolisé » du TLFi (onglet « participe passé et adjectif » précise en remarque que :

Alcoolisé concurrence fortement alcoolique. On dit plutôt boisson alcoolisée que boisson alcoolique.

Car la confusion figure jusque dans le Dictionnaire de l’Académie française (9e édition) à l’article « alcoolique » :

1. Qui contient de l’alcool. Boisson, liqueur alcoolique. (On dit aussi Alcoolisé.)

(On trouve la remarque symétrique à l’article « alcoolisé ». Noter également qu’alcoolisé était absent de l’édition précédente [8e, 1935] du Dictionnaire de l’Académie).

Autrement dit, si l’on peut recommander d’utiliser alcoolique pour des boissons ou des produits qui ne sont pas seulement alcoolisés par adjonction, ne vous offusquez pas (hors publications professionnelles) d’un usage concurrentiel par un particulier.


P.-S.

N. B. — Cet article est évidemment à consommer avec modération. Mieux sans doute que Bourvil ne le fit jadis en faisant la réclame de l’eau ferrugineuse...

Notes

[1Guide de production locale : formulations des produits hydro-alcooliques (sic) recommandés par l’OMS (document PDF, document sans date consulté le 3 mai 2020.

[2La législation les définit bien comme des « boissons alcooliques »Le Code de la santé publique (art. L3321-1) distingue entre les boissons sans alcool et les boissons alcooliques.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)