Langue-fr.net

Fermeture du site (à venir)

Ce site va donc fermer. Quand ? Je ne le sais pas. En tout cas au prochain renouvellement de la facture d’hébergement ou du nom de domaine (au plus tard début juillet 2022).

Ce site fut ma danseuse et, en des temps où je m’occupais de tout autres sujets, ma respiration intellectuelle. Il est toujours bien positionné dans les moteurs de recherche mais c’est pour moi et (zeugmé-je) pour plusieurs raisons, un cycle qui s’achève.

Ce site est né d’un blog en 1998 (on parlait alors de « pages perso ») qui visait à accueillir quelques échanges mémorables d’un forum (newsgroup en franglais) consacré à la langue française, mais un forum non scolaire, ainsi que sa foire aux questions. Depuis, les fournisseurs d’accès ont progressivement abandonné la diffusion des forums et, surtout, les supports ont évolué : aujourd’hui les réseaux sociaux, demain...

Ce blog a connu des évolutions majeures — je tiens à remercier Michel G. et Johan P. qui ont assumé la gestion technique du site depuis que j’ai quitté une plateforme à la publicité devenue envahissante. Mais le site lui-même est resté ouvert, sans publicité, sans appels à dons Ma danseuse, disais-je), et avec un contenu « ouvert » (sauf quelques rares pages liées à des ayants-droit ayant accepté une mise en ligne ici).

Mais voilà. Je suis entré dans l’aventure à la mi-quarantaine en me disant que ce serait aussi une occupation la retraite venue. La retraite est venue, mais j’ai fait (et je continue à faire) bien d’autres choses, et le temps qui passe m’amène à éviter la dispersion. Je vois bien d’ailleurs que les supports évoluent et que, de plus en plus, moi le premier, les applications sur ordiphone prennent le pas sur les sites en ligne.

Au reste, les ressources accessibles se sont considérablement accrues. Entre la première mise en ligne du Trésor de la langue française informatisé et la version actuelle d’Ortolang sur le site du CNRTL, il y a un monde. Le Wiktionnaire en français a pris son envol, les ressources ne manquent pas, plus solides car s’appuyant sur des collectifs ou des entités.

Les archives internet conservent la trace du site. Peut-être conserverai-je quelques traces ailleurs ; si oui, je l’indiquerai (avant l’effacement du site dans le trou noir d’internet).

J’ai été amené à répondre à bien des questions, et j’ai ainsi beaucoup appris. Finalement, de toutes celles et tous ceux qui, à un titre ou à un autre, sont passés sur ou par ce site, c’est sans doute moi qui ai appris le plus (tout en restant surpris de l’acceptation de l’argument d’autorité, quoique je me sois toujours efforcé de sourcer mes réponses sur les questions délicates).

J’ai surtout fait quelques belles rencontres humaines, prolongées quelquefois dans la vraie vie, avec la peine que je conserve d’avoir vu partir bien plus tôt que prévu des contributeurs qui ont marqué, outre le forum fr.langue.fr.net (sans parler de la liste Typographie pour certain d’entre eux), ceux qui les ont côtoyés. Vulnerant omnes, ultima necat.

Mais il va être temps de laisser cette page se refermer au hasard d’un courant d’air qui sera aussi aléatoire que l’étaient ou le sont encore parfois les connexions.

Avec mes remerciements à toutes et tous pour ces plus de trente ans d’aventures langagières partagées.

Luc BENTZ,
8 septembre 2021

Sélection Sélection

  • Fermeture du site (à venir)

    Depuis octobre 1998, le site a connu des évolutions. Il va s’éteindre dans les temps qui viennent comme toute création humaine.

  • Nous écrire

    Une question ? N’hésitez pas à nous consulter.

  • Au temps... ou autant pour moi ?

    « Au temps pour moi », généralement préféré, n’est pas adapté à tous les cas... et reste contesté, notamment par Claude Duneton.

Au hasard hasard

Derniers articles RSS

  • Fermeture du site (à venir)

    Depuis octobre 1998, le site a connu des évolutions. Il va s’éteindre dans les temps qui viennent comme toute création humaine.

  • Alcoolique ou alcoolisé ?

    Les deux adjectifs correspondent à des notions différentes que l’on confond parfois. Alcoolique est également un nom, avec un sens différent. C’est l’occasion d’expliquer aussi pourquoi on parle de gel hydroalcoolique et non de gel hydroalcoolisé.

  • Apostrophe ou trait d’union ?

    Apostrophe ou trait d’union ? Les graphies régulières sont Faut-il (plutôt que le fautif °faut’il), y a-t-il (plutôt que le fautif °y a-t’il)... mais va-t’en !

  • Se confiner, c’est facile !

    #Confinement #Coronavirus #Covid-19. Se confiner est facile : la preuve par la conjugaison.
    Pour se protéger de la pandémie, il y a les « gestes barrières »... et le confinement. Évidemment, on ne cachera pas qu’il est contraignant, surtout si l’on vit dans un petit appartement en ville. Mais se confiner est plus facile qu’on ne le croit. Évidemment, s’agissant d’un emploi pronominal, il faut considérer les variations en genre et en nombre, mais c’est un des verbes ordinaires du premier groupe que ne (...)

  • Accord en cas d’inversion (hésitation)

    Une inversion de l’ordre classique « nom adjectif » en « adjectif nom » peut induire en doute, surtout si les membres de phrases peuvent apparaître longs ou complexes.

  • Troll, trôler

    Du personnage scandinave à un vieux verbe français auquel l’Internet a donné hélas ! une nouvelle jeunesse.

Citation Flux RSS

  • Daniel Péchoin

    Mesuré à l’aune de la « correction », le français n’est à tout prendre
    qu’une immense faute de latin. (Avant-propos du
    Dictionnaire des difficultés du français, éd. Larousse).

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)