Cas particulier d’accord (ou pas)

Dans ce dossier, une série de réponses précises, notamment à la suite de questions-réponses, sur l’accord du participe passé en complément de la règle de base présentée dans « l’accord du participe passé en cinq minutes ».

Les articles RSS

  • Accorder (ou pas) le participe passé suivi d’un infinitif

    Le participe passé suivi d’un infinitif est un cas particulier. Que le complément d’objet direct précède le participe ne suffit pas : il faut analyser le rôle réel de ce complément par rapport à l’infinitif. Quelques exemples éclaireront le propos... en n’oubliant pas que cette « sous-règle » possède évidemment ses exceptions.

  • Avoir vus... ou vu ?

    Doit-on écrire les cent sites à avoir VUS ou les cent sites à avoir VU ?
    Même lorsque le mode est l’infinitif, la règle doit s’appliquer... mais toute la règle.

  • Elle l’a échappé belle [R]

    Dans l’expression « l’avoir échappé belle », le participe passé « échappé » reste invariable.

  • Se faire jour

    Dans cette expression, « fait » reste toujours invariable.

  • Se faire l’écho

    Elles se sont « fait » ou « faites » l’écho ?

Citation Flux RSS

  • Bernard Cerquiglini

    Pleine de cédilles et de fureur, l’histoire de l’orthographe française est avant tout une bataille des idées. Si la graphie est bien une représentation, elle transcrit moins des sons qu’une image de la langue, une conception de l’écriture, une théorie du signe. La querelle lui est donc constitutive, qui met en jeu l’oral et l’écrit, l’usage et la raison, la mémoire et l’oubli. (la Genèse de l’orthographe française (XIIe-XVIIe siècles))

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)