Langue-fr.net
« Par amour de la langue française, au service de tous ses usagers »

Accueil > DICTIONNAIRE & INDEX (toutes les entrées du site) > J, K, L > Lapsus (linguæ, calami... clavis)

Lapsus (linguæ, calami... clavis)

jeudi 16 août 2007

On connaît lapsus linguae, lapsus calami (erreur de plume). On a cherché longtemps un équivalent pour la faute de frappe. Lapsus clavis semble faire l’affaire !

L’essentiel

On connaît lapsus linguae (« Ma fourche a langué, euh... »), lapsus calami (erreur de plume). On a cherché longtemps un équivalent pour la faute de frappe. En effet, le lapsus calami concerne l’écriture à la main, d’abord avec le calame (roseau taillé pour l’écriture), puis par extension la plume d’oie, de fer ou le stylo d’aujourd’hui).

Sur la feue liste de discussions « langue-fr », lapsus toccati avait été proposé. François Campan expliqua le en août 1999 aux participants du forum « fr.lettres.langue.francaise » pourquoi il préférait lapsus clavis, tant il est vrai qu’en cas d’erreur on accuse sa langue, la plume ou le clavier, mais jamais soi-même !

La première contribution fut complétée par un addendum du 29 août 1999 permettant d’expliciter le vocabulaire latin employé. (Nota : depuis, il a été proposé lapsus claviaturae : y perdrons-nous le peu de latin qu’il nous reste ?)

Contributions de François Campan (août 1999)

FRANÇOIS CAMPAN (16-8-1999)

Le latin et Freud jouissent d’une aura proportionnelle à leur méconnaissance. Le lapsus freudien est très rare à l’écrit. On ne peut pas le confondre avec des fautes d’orthographe ni des fautes de frappe car, comme un acte manqué, il est en général réussi et la plupart du temps on le corrige tout de suite.

Lapsus digiti, « glissement de doigt » en latin, ne veut pas dire grand chose en français car on ne voit pas trop quelle action est affectée par l’erreur. J’ai bien quelques idées, mais bon...

Lapsus toccati est du latin de cuisine (c’est à cause de lui que je réagis ici). Je crois comprendre cependant qu’il veut traduire « faute de frappe », ce qui est louable. Je propose donc à ceux qui veulent garder le lapsus, garder le latin et garder le sens, les expressions suivantes :

  • lapsus pulsus ou lapsus pulsationis pour dire faute de frappe ;
  • lapsus pinnarum ou lapsus malleolorum ou lapsus clavis (c’est celui que je préfère car je suis musicien) pour accuser les touches ou le clavier.

Complément du même auteur, le 29 août 1999)

  • pulsus-us (m) ou pulsatio - onis (f) = le choc, la frappe ;
  • pinna-ae (f) = la plume, l’aile, l’aileron, le merlon (entre 2 créneaux) et la touche d’un clavier ;
  • malleolus-i (m) = petit marteau (de malleus), flèche incendiaire ! et touche de clavier
  • clavis-is (f) = la clé et la touche du clavier. Le clavier était aussi bien l’homme qui garde les clés que l’objet qui les réunit.

Note musicale. — Le clavecin est un cymbalum avec clavier (clavicembalum) mais le cymbaliste, pour frapper ses cordes, a besoin de petits maillets (malleoli).

Note dactylographique. — Machinae scriptoriae malleolorum series est la formule sans équivoque que me donne le Nuovo Vocabolario della lingua latina pour un clavier de machine à écrire.


Contact | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Langue-fr.net (Langue française)
Directeur de publication : Luc Bentz