« Gilets jaunes » : quelle graphie ?

Comment écrire gilets jaunes quand on évoque ce mouvement social ? On parlera du mouvement des Gilets jaunes. Voici pourquoi... à mon avis (qui ne clôt pas la discussion).

Jacques Rouillard ayant posé la question, nous a offert une relance après une première réponse de ma part.

Question

Il y a vraiment quelque chose qui n’est pas clair avec ces gilets jaunes. Où met-on les majuscules quand on parle du mouvement ? (Question Facebook.)

Réponse

Essayons en effet d’y voir plus clair.

(1) De mon point de vue : on peut porter des gilets (nom commun) jaunes, rouges, vert, bleu foncé ou vert clair (selon les règles d’accord propres aux adjectifs de couleur). Dans ma voiture, il y a deux gilets jaunes, obligatoires et indispensable en cas de sortie de la voiture sur une voie de circulation (les pannes ne sont pas toutes de réveil).

(2) En revanche « le mouvement des [gilets jaunes] » est un quasi-nom propre. Comment l’écrire. Comparons (horresco referens, diraient-ils.. ou pas) avec les partis. Un parti politique, des partis politiques. Mais : le Parti communiste français, le Parti socialiste, l’Union pour la nouvelle République, le Mouvement républicain et citoyen (fondé jadis par Jean-Pierre Chevènement). Mais le MRC, pour parler des derniers, avait un titre déposé incluant mouvement. Or, le mouvement des G.J. (le sigle nous prémunit à ce stade de prendre... parti) n’est pas un mouvement déposé, déclaré, enregistré avec « Mouvement » dans son appellation. C’est, littéralement, un « mouvement » comme on disait des émeutes, avant 1789, que c’étaient des « émotions ».

(3) Nous avons donc affaire au mouvement, au regroupement (ou dégroupement), au bouillonnement, à la turbulence, à l’agitation ou à la révolte (vous choisissez selon votre goût) des G.J. Donc ce qui qualifie comme quasi-nom propre, c’est uniquement la formule [gilets jaunes]. Et là, ça devient plus simple.

(4) Le quasi-nom propre se traite comme pour un titre d’œuvre (pour faire court), de société commerciale ou d’association. Le nom principal (Gilets) prend la majuscule. L’adjectif ne prend de majuscule que s’il précède le nom. Quand il le suit (même s’il ne s’agit pas d’un suiviste), il est en minuscule.

(5) La réponse est donc : les « Gilets jaunes ». (Mais allons un peu plus loin...)

Réplique

— Certes mais que dire des chemises brunes ou autres bonnets rouges quand on parle des gens qui sont dedans ?

— Signe de ralliement ou tenue d’uniforme. Les chemises brunes appartenaient aux SA. Pour les bonnets rouges... Bonnets rouges aurait pu s’imposer (mais le mouvement fut plus limité, plus localisé aussi : c’était le signe de ralliement, et on n’est pas allé au-delà). Dans le cas des Gilets jaunes, le mouvement de révolte (qui est autre chose que la révolte) est perçu comme significatif d’une réaction (si je puis dire) d’une tout autre ampleur et d’une tout autre signification.
Cela étant, la rigidité grammaticale sied mal à une réalité complexe. Compte tenu du caractère fluide du mouvement (sans mauvais jeu de mot circulatoire), j’admets — puisque c’est un ensemble « liquide » (pas d’adhésion ou de radiation) et « instructuré » — qu’on puisse considérer que ce n’est qu’un agglomérat (au sens non péjoratif du terme) d’individus se reconnaissant par le port des... gilets jaunes. On pourrait donc légitimement parler des « gilets jaunes » (regroupés), qui se définissent avant tout par leur individualité, et même le refus de la représentation.

Conclusion

L’ampleur du mouvement des Gilets jaunes se discute sans doute (et se discutera encore ; sa résonance, assurément pas. Donc je continue à préconiser « les Gilets jaunes » même si « les gilets jaunes » peut se défendre. Le mouvement est suffisamment multiforme pour que sa graphie puisse l’être, après tout !
L’essentiel est de garder une cohérence typographique dans une même publication.
Autrement dit, écrivez Gilets jaunes ou gilets jaunes à votre choix (tenez-vous y !), mais jamais de majuscule à jaune dans ce contexte.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)