Langue-fr.net
« Par amour de la langue française, au service de tous ses usagers »

Accueil > DICTIONNAIRE & INDEX (toutes les entrées du site) > D, E, F > Expressions colorées

Expressions colorées

dimanche 28 décembre 2008

À la suite d’une demande de Joye Lore-Lawson, qui enseigne (entre autres choses) le français outre-Atlantique, les participants au forum fr.lettres.langue.francaise n’ont pas vu rouge car elle n’est pas leur bête noire : ils lui ont donc communiqué des expressions colorées qui lui permettent de continuer à voir la vie en rose...

Débats en septembre 1999

Joye (10.09.1999). — Je cherche à rédiger une liste d’expressions figuratives en français courant (des choses que vous avez vraiment l’habitude de dire) qui se servent des couleurs, comme : « avoir une peur bleue », « passer une nuit blanche ».

Daniel-François Carrodano, I (11.09.1999). — Quand on a une peur bleue on est vert de rage, rouge de colère. Quand on fait le jaune on est un traître aux camarades syndiqués, on est un briseur de grève, un larbin du patronat, et si le jaune est la couleur des cocus, ce n’est pas un hasard. Moi, en ce moment j’ai des idées noires parce que je me suis laissé emporter par mon coté fleur bleue ; il vaut mieux les aimer toutes un peu, qu’une seule à la folie, c’est moins douloureux. Du coup, je connais des nuits blanches, en effet, et le jour où je l’ai connue ne sera pas à marquer d’une pierre blanche. Je ferme les yeux et le rose de l’émotion marbre mes joues... je me souviens... toutes les couleurs de l’arc-en-ciel défilent dans ma tête. Je suis marron... j’ai perdu... je l’aime... Et je l’aime passionnément, pas comme dans les verts paradis des amours enfantines. Sans elle le quotidien ne serait grisaille, elle est ma lumière... elle était car je me suis brûlé les ailes à sa flamme. Je n’aspire plus qu’au noir de l’oubli.

Daniel-François Carrodano, II (11.09.1999). — Un blanc-bec qui se livrait au blanchiment de l’argent sale, espère maintenant sortir blanchi du tribunal. Certes, avec un avocat marron tout est possible, mais ses actes n’étaient pas blanc-bleu. Un spécialiste du mariage blanc cet avocat, et qui plaide qu’un homme qui tire à blanc avec son épouse a le droit d’aller tirer un chèque en blanc à une péripatéticienne — au risque de fiche les finances du ménage dans le rouge. Ah, ça revient cher de se regarder dans le blanc des yeux ! Vous prendrez bien un petit coup de rouge pour vous en remettre ? Ah non, vous ne voulez pas prendre la carte du parti ? Comme il vous plaira, mais inutile de broyer du noir, il faut voir la vie en rose. La vie est un ballet, tantôt ballet-bleu, tantôt ballet-rose, comme un long fleuve pas tranquille. Ne soyez pas en rage, à quoi bon être rouge de colère, vous avez franchi le rubicond, ou quoi ? Allez à la neige, l’or blanc des pistes vous fera du bien, ne pensez plus à vos actions en bourse, le cours de l’or noir fluctue et cela affecte votre moral, il y a de quoi rire jaune, je vous l’accorde. Vous me donnez le feu vert pour acheter ? Parfait, parfait, vous avez le don de prendre quelqu’un sans vert, vous, il n’y a pas à dire, d’ailleurs, le vert galant est plus vert que galant, c’est bien connu ; à trop jardiner le jardin secret des nymphettes, à s’imaginer avoir la main verte, il risque fort d’en voir de toutes les couleurs.

Clotilde Chaland, dite Clõ (11.09.1999). —

  • Voir rouge.
  • Être vert de rage.
  • Être bleu de froid.
  • En rester bleu (stupéfait).
  • La bleusaille : jeune conscrit, ou débutant dans un métier.
  • Ventrebleu, palsembleu, corbleu, maugrebleu, parcorbleu, morbleu, par la sang bleu [palsambleu], sacrebleu, tubleu, vertubleu,... et autres jurons formés d’une altération volontaire de « nom de dieu », une sorte de juron qui n’ose pas en être un.
  • Verd et bleu : juron selon Rabelais.
  • De par le ventre bleu : juron des mousquetaires
  • (Se) faire le bleu : faire l’école buissonnière, sécher les cours.
  • Or bleu : richesse représentée par la mer et le tourisme qui y est lié.
  • Un blanc-bec : sans expérience, également m’as-tu-vu.
  • Être blanc comme neige.
  • C’est blanc bonnet et bonnet blanc.
  • Un cordon bleu (bon cuisinier/ère).
  • L’heure bleue (précède le lever du soleil)
  • Regarder quelqu’un dans le blanc des yeux.
  • Saigner à blanc (un contribuable)
  • La saison du blanc (allusion au linge de maison, en janvier en France)
  • Écrire de sa blanche main.
  • Il est sorti blanc de l’accusation.
  • Voix blanche (sans timbre).
  • Un film (un roman) à l’eau de rose : mièvre, sentimental
  • Un film, un roman, noir, humour noir
  • Être frais comme une rose : joli teint, air reposé.
  • Ce n’est pas tout rose : pas agréable
  • Découvrir les pot aux roses : découvrir le secret d’une affaire
  • Ne pas sentir la rose : sentir mauvais.
  • Messageries roses, téléphone rose : messagerie érotique
  • Voir la vie en rose.
  • Être sur liste rouge (n° de téléphone non inscrit dans l’annuaire)
  • Agiter le chiffon rouge : mettre sur le tapis un sujet polémique.
  • Les banlieues rouges, voter rouge (allusion au communisme)
  • Le péril jaune (cinq cent millions de petits Chinois et moi et moi et
  • moi... (dans une chanson de [Jacques Dutronc]
  • Être rouge comme une cerise, un coq, un coquelicot, une écrevisse, une pivoine, une tomate (émotion, colère, timidité)
  • Être dans le rouge (situation financière difficile) et sortir du rouge (situation bancaire améliorée)
  • Manger du pain rouge : vivre de meutres (trouvé dans les expressions propres à la boulangerie)
  • Broyer du noir
  • Avoir les doigts (la main) verts : réussir dans la culture des plantes.
  • Le billet vert : le dollar
  • Les petits hommes verts : les extraterrestres. Dans certaines régions les hommes verts vivraient comme des taupes, ne se mettant jamais au soleil.
  • En voir, ou en dire, des vertes et des pas mûres.
  • Les vertes années, un vieillard encore vert.
  • L’électorat vert (écologiste).
  • Mettre un animal au vert : le nourrir de produits frais, naturels.
  • Se mettre au vert : aller à la campagne, prendre des vacances.
  • C’est sa bête noire
  • Les blousons noirs
  • Manger son pain noir après avoir mangé son pain blanc.
  • Une rue noire de monde.
  • Il fait noir comme dans la gueule d’un loup. -* Travailler au noir (travail clandestin) -* C’est écrit noir sur blanc : incontestable -* Être dans le noir : ne rien comprendre. -* Voir tout en noir : être pessimiste -* Être gris, ou noir (suivant le degré d’alcoolémie...)
  • Une dame blanche : une fée
  • Fil rouge : fil conducteur d’une énigme, d’un jeu
  • Je crois qu’on dit aussi fil bleu, mais je n’en connais pas le sens exact. -* Dicton : les yeux bleus vont aux cieux, les yeux gris au paradis, les yeux verts en enfer, les yeux noirs au purgatoire. Yeux bleus : yeux d’amoureux. Yeux marrons : yeux de cochons.

Dominique Didier (12.09.1999). — (à propos de L’heure bleue évoquée par Clotilde Chaland) : un excellent film de Rohmer à comparer au Rayon vert.

  • bleu : hématome, vêtement de travail ouvrier, fromage (miam !), C.R.S. (euh... bof !)
  • sang-bleu : noble
  • bleuter : tromper (fam.), vient de faire un bleu
  • passer au bleu : escamoter (fam.), ne pas mentionner
  • bleu de Nanterre : policier
  • se faire avoir comme un bleu : comme un débutant
  • un bas-bleu : écrivaine (péj.)
  • le grand bleu : l’océan
  • les Bleus contre les Blancs
  • blanc-seing : procuration, absence de signature dans un document
  • bon comme du pain blanc (moi !)
  • innocent comme la blanche colombe (encore moi !)
  • ne pas être blanc : coupable
  • la blanquette de veau (miam !)
  • faire chou blanc : échouer
  • Blanche-Neige : insulte raciste
  • avoir la blancheur Persil : être totalement innocenté
  • ne pas être blanc-blanc
  • la blanche : l’héroïne (dont on blanchit l’argent)
  • l’or blanc : la neige (consulter les Savoyardes dauphinoises à l’occasion) -* cousu de fil blanc : fait avec de grosses astuces
  • une arme blanche
  • blanchir sous le harnais : acquérir de l’expérience
  • béjaune (bec jaune) : niais
  • un jaune : casseur de grève, fasciste
  • jaune : couleur des cocus
  • le maillot jaune
  • avoir le feu vert : être autorisé à
  • avoir carte blanche : être libre de
  • franchir la ligne blanche : dépasser les limites autorisées
  • la blanche : collection phare de Gallimard
  • l’or noir (Tintin au pays de)
  • la série noire (qui existait avant la collection)
  • noircir le tableau : montrer surtout les défauts
  • un pied-noir
  • grisé : excité, joyeux
  • le petit gris : escargot et membre d’une hhhhorrible congrégation religieuse intégriste
  • éminence grise : conseiller secret, homme de l’ombre
  • la grisaille de la foule, des jours qui raccourcissent
  • (À propos de « Messageries roses, téléphone rose : messagerie érotique ») Et les livres roses à ne pas confondre avec ceux de la Bibliothèque rose !
  • la rosière : jeune fille vierge (?) et méritante (!)
  • envoyer sur les roses : éconduire (gasp ! trop fréquent)
  • le bouton de rose : clitoris
  • la feuille de rose : cunnilingus
  • les rouges arrivent : ménorrhée
  • le rouge est mis : les jeux sont faits
  • le triangle rose, aussi sinistre que l’étoile jaune
  • la bête noire : personne ou chose détestée
  • acheter au noir ou au marché noir : de manière clandestine
  • petit noir : café
  • nègre : ghost-writer
  • le noir : l’opium
  • bosser comme un nègre : durement et sans relâche
  • parler petit-nègre : dans un français approximatif
  • faire comme le nègre : continuer (cf. Mac Mahon)
  • un combat de nègres dans un tunnel : très obscur (titre d’un tableau d’Alphonse Allais : Combat de nègres dans une cave durant la nuit)
  • être vert : trompé, dupé
  • un médecin, un avocat marron : malhonnête par rapport à leur profession
  • être marron, fait marron : pris sur le fait
  • recevoir un marron, secouer la poêle à marron : marron veut dire coup
  • les blousons dorés
  • un produit vert
  • une ambiance glauque (superbe détournement, l’adjectif veut dire vert tirant sur le bleu, ce que mes amis illustrent d’un geste de coveboi en train de dégainer)
  • une ceinture verte : périphérie boisée d’une ville
  • la ceinture rouge : le nord-est parisien
  • sans compter les différentes côtes (d’opale, d’azur, et de tant de matières plus précieuses les unes que les autres). Je range ma palette pour l’instant car je suis soudain constellé de taches de peinture.
  • Les hommes préfèrent les blondes, d’Anita Loos, Mais ils épousent les brunes, de la même.

[Et Dominique de signer en un autre message de ce fil :] Le hussard noir qui manie la langue verte.

Emmanuel Salesse (20.09.1999).

  • rire jaune
  • en voir de toutes les couleurs
  • faire grise mine
  • être vert /de jalousie/, en être vert
  • voir la vie en rose
  • être d’une humeur noire
  • rougir de confusion
  • devenir cramoisi (être très très gêné)
  • être bleu de froid
  • rosir/rougir/ de plaisir
  • se dorer au soleil
  • l’argent ne fait pas le bonheur (très tiré par les cheveux !)
  • en voir des vertes et des pas mûres
  • ça vire à l’orange (quand une situation devient délicate)
  • un gros bébé rose (s’applique aussi à des adultes bien joufflus)
  • un cordon bleu (une excellente cuisinière)
  • l’avenir n’est pas rose
  • avoir le teint terreux (avoir très mauvaise mine)
  • mettre son bleu /de travail/
  • se mettre au vert (aller à la campagne)
  • la grande bleue (la mer, et par excellence la Méditerranée)
  • la blanche (l’héroïne)
  • le marché noir
  • travailler au noir
  • l’économie grise (économie informelle)
  • en faire une jaunisse (encore la jalousie, voire la colère)

En espérant que vous en serez rose de contentement.

Jomak (22.09.1999)

  • avoir la main verte (réussir tout ce que l’on entreprend dans son jardin)
  • série noire (suite d’évènements malheureux)
  • être dans le rouge (ex :en parlant du compte bancaire à découvert)
  • les gueules noires (terme collectif pour parler des mineurs de charbon)
  • voir rouge (être dans une colère...noire)
  • regard noir (en colère)
  • avoir des idées noires (des idées pessimistes)
  • recevoir une volée de bois vert (recevoir une série de coups violents. Le bois vert fait plus mal que le bois sec : juré !)
  • se [faire] porter pâle (pour un soldat :se prétendre malade)
  • noircir le tableau (ex : décrire quelque chose en exagérant les faits pour les rendre plus inquiétants)
  • être gris (à la limite de l’ivresse)
  • être complètement noir (ça y est, il est ivre)
  • filer un marron (pop. : donner un coup de poing)
  • avoir du sang bleu (faire partie de la noblesse)
  • une vie grise (une vie sans éclat, banale)
  • montrer patte blanche (être recommandable [ou recommandé])
  • une âme noire (perverse) a souvent de noirs desseins
  • se taper un coup de rouge (pop :boire un verre de vin rouge)
  • se faire des cheveux blancs (se faire des soucis)
  • rouler du gris (pop : faire une cigarette manuellement avec un tabac ordinaire emballé à l’origine dans du papier gris)
  • expression identique avec « du bleu » (tabac plus cher emballé dans du papier... bleu)
  • des jaunes : dans le passé, ouvriers embauchés par un employeur pour casser une grève suivie par les ouvriers attitrés. Ces jaunes étaient embauchés également pour « filer des marron » aux grévistes.
  • un vieillard encore vert n’achètera donc pas de Viagra

Gageons que certaines de ces expressions sont issues de la langue populaire si pas de la langue verte (argot) mais sont maintenant parfaitement à l’aise dans un salon de lettrés.

Dominique Didier (29.09.1999). — — Je vais compléter car certaines expressions courantes nous ont échappé. Nous avons tous rédigé de mémoire et sans un savant traité sous les yeux. J’ai relu les interventions précédentes et j’espère éviter les redites. J’ai éliminé les tours

  • armes blanches, en métal non doré
  • canne blanche, pour les aveugles ou aveugle
  • cousu de fil blanc, procédé apparent
  • chou blanc (faire), échouer
  • oie blanche, fille innocente et stupide (péjoratif)
  • connu comme le loup blanc ou le merle blanc, fameux
  • blanc comme un cadavre, un mort, un linge, un drap, un cachet d’aspirine
  • blanc bonnet et bonnet blanc, identiques
  • regarder dans le blanc des yeux, franchement ou sans vergogne
  • rougir jusqu’au blanc des yeux
  • dire blanc et puis noir, se contredire
  • chauffer à blanc, exciter
  • saigner à blanc, soutirer, dépouiller
  • les hommes en blanc (E.R. même si Green ou Carter sont en vert)
  • col blanc, employé
  • col bleu, ouvrier
  • petit bleu, télégramme
  • n’y voir que du bleu, comme pour du feu
  • rester bleu, être stupéfait
  • du bleu à l’âme, être triste
  • courir la brune et la blonde, toutes les femmes
  • la nuit tous les chats sont gris, identiques
  • faire grise mine, être dépité
  • se griser, s’enivrer mais au sens figuré surtout
  • la matière grise, très présente sur ce forum
  • une marée noire, lorsque l’or noir se répand dans la grande bleue
  • la magie noire
  • noir comme dans un four
  • dire les choses noir sur blanc, nettement
  • pousser au noir, exagérer
  • regarder d’un oeil noir, avec méchanceté ou suspicion
  • noircir du papier, ici l’écran
  • se noircir, se souler
  • passer à l’orange, de justesse
  • tout n’est pas rose, n’est pas gai
  • rouge comme une cerise, un coq, une écrevisse, un homard, une pivoine
  • la lanterne rouge, le dernier et pas seulement du peloton
  • talon rouge, dandy
  • tirer à boulets rouges, critiquer vertement
  • agiter le chiffon rouge, exciter, lancer une polémique

Contact | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Langue-fr.net (Langue française)
Directeur de publication : Luc Bentz