Sœur (pourquoi pas « seur » ?)

La ligature œ est utilisée pour rappeler la présence d’un o étymologique (dans le mot latin d’origine) mais qui n’est plus prononcé. L’écriture disjointe oe correspond à la prononciation des deux lettres (coefficient).

Pourquoi sœur ne s’écrit-il pas soeur ? ou cœur, ou...

Les mots latins soror (sœur) et cor (cœur) ont vu le o de la première syllabe prononcé eu en français du fait des évolutions phonologiques. En ancien français le cas sujet suer s’entendit (sou-err).

La trace du o étymologique se trouve dans le « e dans l’o » (comme il y a un e dans l’a : æ chanté par Gainsbourg jadis pour Lætitia). Dans ces groupes de deux lettres, la première ne s’entend en aucune façon, alors que (o)eu s’entend. Elle n’appartient pas à la graphie originelle. Le Dictionnaire historique de l’orthographe française (sous la direction de Nina Catach) mentionne l’usage de la graphie seur, conforme à la prononciation, entre 1549 et 1606 (Dictionnaire françoislatin de Robert Estienne dans ses deux éditions et Thresor de langue francoyse tant ancienne que moderne de Jean Nicot). Mais tous notent qu’on écrirait mieux sœur.

Ce souci étymologique, que le Dictionnaire historique de l’orthographe appelle joliment un « o retenu », ne doit pas étonner quand on sait ce que le français écrit doit aux générations de libraires imprimeurs et éditeurs tout à la fois, nourris des humanités classiques, dont Robert Estienne lui-même fut une des plus grande figures. Ajoutons que pour Nicot, qui utilisa le classement alphabétique, cela permettait la confusion avec seur qui est devenu notre sûr. Le Dictionnaire historique relève aussi que cela permet d’« étoffer » visuellement des mots monosyllabiques.

Au XVIIe siècle, l’affaire est entendue pour le Dictionnaire de l’Académie française (1694)... et depuis. La graphie sœur est offerte sans concurrence. Seules les contingences dactylographiques ont conduit à devoir frapper séparément s-o-e-u-r. De nos jours, les corrections en cours de frappe ou l’emploi d’un gestionnaire de clavier approprié.

Ajoutons qu’en français œu se prononce e (comme dans eu) mais que l’écriture disjointe oe correspond à un hiatus dans lequel les deux lettres se prononcent séparément comme dans coefficient. Employé seul, le digramme œ s’entend é comme dans le si fréquent cœlacante !

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)