Satisfaire (construction du complément)

Satisfaire se construit avec un complément direct, sauf quand il s’agit d’une obligation. Le garçon d’étage d’un hôtel satisfait la clientèle, mais satisfait à ses obligations professionnelles en cirant les chaussures avec soin.

Question-Réponse

Il me semble que dans le vocabulaire normatif, l’expression préconisée est satisfaire les exigences. Or, je ne trouve nulle part de référence justifiant cette règle grammaticale, je ne trouve que le classique satisfaire aux exigences. Me trompé-je ou avez-vous un lien me permettant de justifer mon choix grammatical ?

Voici ce qu’indiquent Grevisse et Goosse (le Bon Usage, 14e éd., 2008, § 284, 8 :

Le complément de satisfaire, d’ordinaire construit directement, prend la préposition à quand il s’agit d’une obligation : Satisfaire à ses devoirs, à ses engagements [...].

On peut aussi se reporter :

  • au Dictionnaire de l’Académie française, 8e édition (1932-1935, article « satisfaire » [1] ;
  • au Trésor de la langue française informatisé, article « satisfaire » (section I pour l’emploi transitif direct, section II pour l’emploi transitif indirect).

Notes

[1La 9e édition, 1994-... n’en est pas encore à la lettre S lors de l’édition de cette page.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)