Problème d’accord sur... « pas de problème(s) »

On peut avoir le choix entre le singulier et le pluriel selon qu’on pense au problème général ou en soi lié à la situation, ou aux problèmes divers grands ou petits qu’elle peut présenter. Dans tous les cas, attention au contexte !

Question-Réponse

Des amis me disent que l’expression « pas de problème » s’écrit avec un S à la fin de problème, alors que moi, je pense le contraire. Qui a raison et pourquoi ?

La réponse tient en un mot : syllepse (accord selon le sens). Tout le monde peut avoir raison. Dans l’absolu, on peut aussi bien penser (donc écrire) :

  • qu’il n’y a pas de problème du tout (pas un seul problème) ;
  • qu’on n’est pas dans la situation (par exemple une mise au point technique) où il pourrait y avoir, on pourrait penser à des problèmes (de petits problèmes, le cas échéant).

« Où en est la révision de la voiture de monsieur Gaston ?
— Pas de problème(s) ! C’était juste un mauvais additif de carburant. »

Sous-entendu :

  • au singulier : pas de gros souci, on fait ça sans problème en général ;
  • au pluriel : nous n’avons pas rencontré les petites difficultés qu’on aurait pu craindre sur un aussi vieux modèle.

Dans certains cas, le singulier va s’imposer (la réponse impliquant qu’il n’y a pas de problème [en soi] du tout).

« Peux-tu aller chercher les enfants à l’école ce soir ? J’ai une réunion de l’amicale bouliste ?
— Pas de problème ! »

[Ici : pas de problème en soi.]

Tout est question de circonstance(s). Il n’y a pas de réponse unique concernant l’expression, sachant qu’à chaque fois qu’on peut penser « problèmes (particuliers) », on a toujours le droit de penser au « problème [global] ».

Évitez le tic langagier ça fait problème, ça pose problème, alors que c’est un problème suffit largement à nos besoins et évite l’abandon injustifié de l’article !

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)