O. K., Okay

De nombreuses explications sont avancées sur l’origine de cet américanisme. Or il ne suffit pas de trouver une explication plausible... mais inventée par une spéculation non attestée. Reste l’expression elle-même, dont on peut se passer : d’accord ?

Une dernière remarque : avant de nous proposer LA solution que vous détenez « de source sûre », lisez cet article jusqu’au bout (liens compris) !
Et si les explications fantaisistes vous intéressent, voyez cette page.

L’essentiel

Les origines de « O. K. » (dont la graphie « OKay » restitue la prononciation anglo-saxonne de la lettre K : « Kay ») restent assez nébuleuses. La déformation d’all correct en oll korrect semble la plus plausible. L’attestation écrite la plus ancienne figure dans un journal de Boston du 23 mars 1839. Cela invalide les explications liées à la guerre de Sécession (1861-1865), et, vraisemblablement, au zéro killed (zéro mort) écrit « 0 K. ».

Cette question étymologique réglée, Il en est un autre, hélas ! qui nous navre davantage : l’emploi de « OK » au lieu de « d’accord », et plus encore du pléonastique OK d’accord. Comme l’indique à juste titre Jean-Paul Colin (Robert des difficultés du français) : « Cet américanisme est familier. On préfèrera entendu, d’accord, compris, etc. » Mais le Dictionnaire historique de la langue française (éd. Le Robert) relève que cette expression, rarement utilisée avant la guerre de 1939-1945, « a pris une fréquence énorme, se substituant à d’accord, ça va, oui et à tout type de réponse positive. »

Questions & débats (juin 1999)

« Franck » (08.06.1999). — Quelqu’un ici connaitrait-il l’étymologie du mot anglo-américain « O. K. » ?

Luc Bentz (08/06/1999). — C’est une question qui revient régulièrement. En fait, il y a une diversité d’explications, dont aucune n’est certaine. La mauvaise graphie Oll Korrect est attribuée à diverses personnalités (dontAndrew Jackson, héros de la 2e guerre d’indépendance puis président des États-Unis. Mais ce ne sont que des conjectures.

Frank [1] (08/06/1999). — Abréviation de All Clear.

  • (Le 09/06/1999). — Je me reprends : transcription phonétique de all clear ; comme jeep, transcription phonétique de G.P. (General Purpose Vehicle). C’est pourquoi, contrairement à K. O., OK n’a pas de point séparateur [2].

Joye Lore-Lawson (08/06/1999). — Mon dictionnaire américain (Random House) dit qu’il y a deux origines possibles :
1. du Club « O. K. », formé en 1840 pour soutenir Martin Van Buren, qui est devenu président des États-Unis [3]. Les initiales représentaient Old Kinderhook, Kinderhook, ((état de New York, étant son lieu de naissance ;
2. d’une phrase qui venait de Boston qui voulait dire all correct ;

  • Franck (08/06/1999) . — J’ai effectivement dejà rencontré ces explications. All Correct = « Oll Korrect » = « O. K. » ou le club O. K. Mais la bonne origine est elle vraiment là ? et si oui, laquelle est la bonne ?
    • Joye Lore-Lawson (08/06/1999). — Il est documenté à http://www.quinion.com/words/qa/qa-... si vous lisez anglais. L’usage le plus ancien de oll korrect date du journal Boston Morning Post de 23 mars 1839. Le « club O. K. » de 1840 y est aussi documenté. Les recherches ont été effectuées par le professeur Allen Walker Reed vers les années cinquante. Si vous ne voulez pas accepter ces sources-là, vous n’avez pas d’autre solution que de parler avec quelqu’un qui vivait à cette époque-là, oké ?

Bernard Foncez (09/06/1999). — J’ai lu ou entendu quelque part une explication que je vous livre telle quelle. O. K. semblerait tiré de Zero Killed [4]. [Le chiffre] 0 ressemblant [à la lettre] O, les anglophones font souvent l’amalgame (par souci de rapidité ?). L’origine en serait la guerre de Sécession où, après les combats, le décompte des victimes se faisait. L’annonce, heureuse, de l’absence de victime (zero killed) se serait contractée en O. K. puis par extension aurait pris la signification de tout va bien.

Jean-Pierre Lacroux (09./06/1999). — Non... La bonne réponse a déjà été donnée par Joye Lore-Lawson.

Nicolas Friedli (16/06/1999). — Il me semble avoir lu une explication mêlant l’anglais et le néerlandais, du style All Correct = « OK », qui semble valable (bien qu’il me soit impossible de répéter ici le rôle du néerlandais ! Honte à moi !). Une explication, bien peu répandue, disait qu’un ouvrier contrôlait des pièces et approuvait la qualité du travail par ses initiales qui étaient... O. K. ! Cela semble loufoque, mais n’oublions pas que le bon Stakhanov a réussi à devenir célèbre en sortant 14 fois plus de charbon que la norme en un jour...

Ikkiyanakatalis (23/06/1999). — O. K. serait une abréviation de l’américain oll korrect, altération de all correct (tout va bien) et daterait de 1869 (mais se serait surtout répandu après la guerre de 1939-1945). (source : Dictionnaire de la langue française [5]).

Compléments

Depuis la publication de ce fil de discussion, le site a reçu à plusieurs reprises des propositions d’explication différentes. Les échanges sur le Net ou par courriel, la présence d’étymologies (non documentées, hélas !) s’expliquent sans doute par l’usage généralisé de l’expression. Veuillez donc lire attentivement ce qui suit, liens compris... Mais nous restons toujours intéressé par une explication différente... appuyée sur un texte... antérieur à l’année 1839 ou, contemporain de la période, qui permettrait de lever définitivement le voile du mystère !

A. — Liens sur la toile

  • OK (expression) sur fr-Wikipédia (cet article contient la liste des explications avancées).

B. — Dictionnaire historique de la langue française (éd. Le Robert)

Le Robert historique revient de manière plus précise que le Petit Robert sur le sujet. Il reprend les éléments avancés par Joye Lore-Lawson :

« O. K. est un emprunt (1869) [6] à l’anglo-américain. A. W. Read a démontré (in The Saturday Review of Literature, 10 juin 1941) qu’il s’agissait du signe oll korrect, altération graphique de all correct (littéralement « tout bien, tout est bien »), équivalent familier de l’anglais all right. Ce type d’altération fantaisiste paraît avoir été usuel sur la côte Est des États-Unis où l’on a écrit et dit O. W. pour all right, interprété oll wright.

« O. K. est d’abord attesté à Boston (1839). Il est repris à New York kirs de la campagne présidentielle mouvementée de 1840, comme symbole écrit et parlé du O. K. Club (23 mars 1840) ou Kinderhook Club (3 avril 1840), comité démocratique de New York rallié autour du président en exercice, Martin Van Buren, appelé par ses partisans Old Kinderhook. [...]

« Certains ont attribué au président Andrew Jackson (1767-1845) l’habitude d’apposer les lettres O. K. sur les documents (oll korrect) pour donner son accord, mais on n’en trouve aucune attestation [7]. Certains, enfin, on voulu y voir un mot d’origine hollandaise ou indienne : rien ne permet de l’affirmer. On a même évoqué une origine française ; au quai, par une anecdote inventée longtemps après. »

C’est tout le problème des étymologies « reconstruites » !

Notes

[1Un autre Franck.

[2Et pourtant, si !

[3Qui l’était en 1840, mais ne fut pas réélu.

[4Aucun (zéro) tué.

[5NDLÉ - Il s’agit vraisemblablement du Petit Robert.

[6Première attestation de l’emprunt en français.

[7C’est-à-dire la présence dans un document daté.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)