Notice : Rey (Alain, dir.), « Dictionnaire historique de la langue française »

Le titre officiel de l’ouvrage est Dictionnaire historique de la langue française. Publié par les éditions Le Robert sous la direction d’Alain Rey, il est abrégé en Robert historique ou D.H.L.F. dans certains articles du site.

Références

Robert historiqueDictionnaire historique de la langue française sous la direction d’Alain Rey, REY (Alain), TOMI (Marianne), HORÉ (Tristan), TANET Chantal, édition enrichie par Alain Rey et Tristan Hordé, Dictionnaires Le Robert, Paris, 1992-1998, 3 tomes, 4304 p., ISBN 2-085036-532-7.

Nature et organisation de l’ouvrage

Dictionnaire historique de la langue française avec une chronologie, un glossaire, des articles encyclopédiques, des tableaux portant sur l’évolution de certains mots ou familles de mots.

Dans l’édition indiquée, l’ouvrage comprend trois tomes. Classés dans l’ordre alphabétique, des articles encyclopédiques sont consacrés, entre autres, au français, aux langues romanes, mais aussi à le Québec et la langue française). Des tableaux permettant également de retracer l’évolution de certaines familles de mots.

  • Tome I :
    • préface (par Alain Rey) ;
    • mots A à E.
  • Tome II :
    • mots de F à PR.
  • Tome III :
    • mots de PR à Z ;
    • glossaire ;
    • chronologie ;
    • éléments bibliographiques ;
    • table des schémas ;
    • table des articles encyclopédiques (encadrés).

Commentaire

Le Robert historique (édition de 1998) — qu’il ne faut pas confondre avec le Dictionnaire étymologique du français de Jacqueline Pïcoche paru chez le même éditeur — est un ouvrage exceptionnel qu’il faut recommander avec la même intensité que le Bon Usage, même s’il a un tout autre objet : retracer l’histoire de la langue à travers l’histoire des mots et des familles de mots.

Cet outil exceptionnel va bien au-delà d’un « simple dictionnaire étymologique ». La fonction d’un dictionnaire étymologique est de donner l’origine d’un mot. Le Robert historique, lui, embrasse l’histoire de la langue à travers celle des mots, de leur origine certes, mais aussi de leurs dérivations, évolutions changements de sens ou de champ d’emploi au fil du temps. Si la langue est un fleuve, le Robert historique s’intéresse aux courants et à leurs variations, aux bras morts ou que l’on pense tels jusqu’à ce qu’un déplacement du lit incorpore à nouveau leurs eaux, aux affluents, aux pluies qui s’y précipitent, aux barrages, aux mouvements de terrain qui modifient la composition chimique des alluvions qu’il charrie.

Les articles encyclopédiques sont d’une grande richesse et leur compréhension aisée. Au besoin, les articles de renvoi ou le glossaire du tome III permettent d’éclaircir rapidement ce qui peut paraître obscur. Ainsi l’article d’Alain Rey « Le français : l’évolution d’une langue » est-il (comme bien d’autres) un régal. C’est bien du français moderne qu’il s’agit, comme l’indique la préface (p. VIII) :

« À côté des dictionnaires décrivant l’usage d’aujourd’hui — même s’ils tiennent compte de la dimension du passé —, le français manquait d’une description essentiellement historique de la langue, incluant dans cet adjectif la recherche des origines et le compte rendu des usages dans le temps social.

« Cependant l’objet du Robert historique est le vocabulaire du français moderne. On n’y a envisagé les mots disparus que lorsqu’ils éclairaient la suite vivante de l’évolution. L’ancien français est en partie pour nous une langue étrangère : on l’évoque ici en tant que passage obligé vers notre usage d’aujourd’hui, en tant que garant de continuité, en tant que médiateur. »

Cet ouvrage est devenu, pour nous, un outil irremplaçable.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)