Minifaq : l’orthogaffe

Ce texte est la version HTML de la mini-FAQ (petite foire aux questions) du forum Usenet news:fr.lettres.langue.francaise consacrée au thème « fr.lettres.langue.francaise et les fautes d’orthographe ». Le vocable orthogaffe a été, sans vergogne, emprunté à Nicolas Friedli. La FAQ proprement dite reprend les réponses aux questions le plus fréquemment posées dans le forum.

De manière globale, on peut en transposer les remarques à la manière de réagir sur les réseaux sociaux.


La faute d’orthographe sur un mot, c’est comme quand nous on a un bras plus long que l’autre, ou un bouton sur le nez, on vit comme ça, faut pas jeter le mot pour autant, il a le droit de vivre même mal formé, le mot...
Jean-Marie GOURIO, Brèves de comptoir 1993, Michel Lafon éditeur, p. 28
(texte signalé par Sylvie Vilas)

 Remarques préalables

Le bon usage des forums Usenet considère comme inconvenantes les remarques relatives aux fautes d’orthographe éventuellement commises par les contributeurs. Le problème se pose de manière spécifique pour news:fr.lettres.langue.francaise (f.l.l.f.). Ce forum est en effet consacré à la langue française. Une erreur de codage dans un forum traitant de programmation y est relevée à juste titre ; une erreur de temps de cuisson serait rectifiée dans news:fr.rec.cuisine ; il en va de même pour ce qui a trait à l’un des objets de f.l.l.f. : l’orthographe.

Cette mini-FAQ est destinée aussi bien aux participants chevronnés du forum f.l.l.f. qu’aux néophytes. Elle a pour but de montrer comment on peut concilier la philosophie du bon usage sur Usenet et le respect de la langue française. On s’inspirera, pour l’esprit, du règlement de l’Académie française :

« Les remarques des fautes d’un ouvrage se feront avec modestie et civilité, et la correction en sera soufferte de la mesme sorte » (Statuts & Reglemens de l’Academie françoise du 22 février 1635, art. XXXIV).

On ajoutera que chacun a droit, selon la formule de Nicolas Friedli, à... « l’orthogaffe ».

 Les erreurs orthographiques ne sont pas déshonorantes

  • Nul n’est à l’abri d’une erreur d’inattention, d’une étourderie passagère. Quand on écrit à la main on s’abrite derrière une jolie formule latine (lapsus calami : faute de plume) qu’on peut adapter sans peine en faute du doigt (lapsus digiti), de frappe (lapsus toccati) ou de clavier (lapsus clavis).
    On peut trouver d’ailleurs des précédents illustres.
  • Mieux vaut écrire un propos intelligent avec une orthographe aléatoire qu’un tissu de c... euh, de bêtises en tout point conformes aux dictionnaires et aux grammaires les plus rigoureux (surtout si c’est pour poser une question dont la réponse est DÉJÀ dans la FAQ du forum, ah mais !).
  • C’est en écrivant qu’on dévient écriveron, dit (presque) le proverbe. Surtout en écrivant sur (ou dans) f.l.l.f.

 Quelqu’un interroge sur une graphie...

  • Il est dans son droit (f.l.l.f. est fait pour ça).
  • On répondra en s’abstenant de tout commentaire superflu en se bornant à la seule réponse appropriée (éventuellement expliquée ou commentée).
  • Une formule telle que « Vous ne savez même pas ça ! » permet de penser que son auteur est un gougnafier.

 Règles de courtoisie vis-à-vis des non-francophones

La plus grande bienveillance s’imposera vis-à-vis de ceux dont le français n’est pas la langue maternelle, mais qui souhaitent en améliorer la maîtrise ou participer aux débats concernant son évolution. Si le fond de leur intervention semble devoir être contesté, on le fera séparément de toute réponse concernant la correction du langage sous ses divers aspects (orthographe, syntaxe, vocabulaire)

Si la remarque « de correction » n’est pas d’intérêt général ou ne donne pas lieu à des observations précises, on préfèrera un courrier privé.

 Je relève une faute : que faire ?

  • Quel que soit le mode de réponse, ne jamais être agressif ni méprisant : on passe alors pour un gougnafier. Tout contributeur régulier commet un jour ou l’autre une faute. La perfection n’est pas de ce monde, rappellerait le fondateur du forum... et quand le gougnafier faute, il devient le pigeon (du tir du même nom).
  • S’assurer de ses arrières. Il existe des variantes, des nuances, des règles peu connues, des exceptions discrètes. Cela doit incliner à la modestie.
  • On peut relever la faute par une réponse publique sur le forum (inutile de reprendre tout le message précédent : se contenter de la formule fautive et donner la forme juste). Si possible (ou si nécessaire), donner une ou deux lignes d’explications. C’est nécessaire si l’on estime qu’au-delà de la faute circonstancielle, il y a matière à information ou échange concernant un point particulier d’orthographe (d’usage ou grammaticale), de grammaire ou de conjugaison.
    • S’agissant d’une personne qui intervient pour la première fois sur le forum, on préfèrera un courrier privé (« répondre à l’expéditeur »), sauf si le sujet est d’intérêt général (rien n’interdit de doubler par un courrier privé en ce cas précis).
    • On signalera alors qu’on ne le fait pas pour embêter ni montrer du doigt et que relever une faute n’implique aucun jugement de valeur sur la pertinence de l’intervention.
  • S’il s’agit d’une personne dont le français n’est pas la langue maternelle, on veillera à respecter les règles précisées ci-dessus.

 On relève une faute que j’ai commise : comment réagir ?

  • Si la réponse qu’on vous adresse est publique (sur le forum), vous pourrez réagir publiquement. Si elle a fait l’objet d’un simple courrier privé, l’échange se poursuit sur le mode privé (on ne rend JAMAIS public un courrier électronique privé sans l’accord de son auteur, sinon on passe pour un horrible gougnafier).
  • S’il n’y a pas de formule acrimonieuse, haineuse, hautaine, ([suite à compléter],) considérez que c’est NORMAL. Au besoin, n’hésitez pas à dire que vous ne comprenez pas pourquoi ou à demander des précisions.
  • Vous pouvez contester la faute. Armez-vous alors de votre bonne foi (appuyée le cas échéant par votre dictionnaire favori ou quelque ouvrage de référence comme Le Bon Usage de Grevisse). Tout le monde peut se tromper, y compris ceux qui ont une connaissance fine de la langue française (c’est ce qui explique que le zéro faute à la dictée de Pivot équivaille quasiment à un prix Nobel).
  • Pensez que si vous réagissez agressivement à une remarque non agressive, c’est vous qui passerez pour un gougnafier (mauvais joueur qui plus est).
  • Ne tenez pas forcément compte des échanges de vacheries entre habitués du forum (après deux mois de fréquentation de f.l.l.f., vous saurez qui ils sont). Un habitué sait ce qu’il peut (ou veut) dire précisément à tel ou tel autre habitué. Mais un habitué n’agressera jamais un primo-arrivant sur son orthographe (sur le fond du message, c’est autre chose) — sauf à passer, bien sûr, pour un gougnafier.

 Qui n’est pas protégé par les présentes conventions ?

  • Les auteurs de messages sans rapport avec l’objet du forum et notamment de messages commerciaux ;
  • ceux qui demandent une aide aux devoirs et n’ont pas lu la mini-FAQ spécifique ou n’en tiennent pas compte ;
  • les gougnafiers.

 Qu’est-ce qu’un gougnafier ?

Plusieurs définitions existent. Citons :

  • « Gougnafier : nom masculin, Fam. Bon à rien » (Bibliorom Larousse).
  • « Gougnafier : n.m., 1899 - FAM. bon à rien ; personnage insignifiant - rustre, goujat » (le Petit Robert, éd. 1996).

 Version texte

Texte - 9.9 ko
Version texte

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)