Il n’a pas d’ami... ou d’amis ?

Une hésitation entre il n’a pas d’ami et il n’a pas d’ami ? Les deux solutions peuvent être possibles, tant l’amitié peut avoir d’acceptions et de nuances...

Question

Il n’a pas d’« ami » ou d’« amis » ?

Réponse

Les deux solutions sont possibles. La nuance est la suivante :

  • Il n’a pas d’ami = Il n’a pas un seul ami. Ce peut être pas même un seul ami (dans l’absolu) soit par d’ami intime, d’ami vraiment proche même s’il a des relations (personnelles ou professionnelles.
  • Il n’a pas d’amis = il est isolé, vraiment seul dans la vie, alors qu’on s’attendrait, en raison de son âge, de sa catégorie sociale ou de son environnement professionnel, au fait qu’il en ait sans doute plusieurs.

Le premier cas (singulier) peut signifier l’insistance sur le fait qu’il n’ait pas un seul ami très proche ou intime à qui se confier ou vers qui se retourner en cas de coup dur (pour faire la distinction avec les simples relations).

Tout dépend du contexte et de ce à quoi peut penser l’auteur (consciemment ou non). Selon le cas, l’une des formulations (ami/amis) s’imposera d’elle même ou bien pourra être choisie indifféremment. La situation, le degré d’intensité de l’amitié jouent : entre des amis de rencontre, des amis de bar et de vieux amis ou des amis d’enfance, que de nuances... sans parler même d’une amitié à la Montaigne et La Boétie !

Ne parlons même pas du temps qui forge les amitiés indestructibles ou disperse les amitiés de jeunesse, comme l’évoquait, au XIIIe siècle déjà, Rutebeuf :

Que sont mes amis devenus
Que j’avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L’amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta
 [1]

Encore pourrait-on évoquer — quand bien même la relation est ancienne — la magistrale pensée de Pierre Dac pour qui la véritable et sincère amitié verbale profondément superficielle est celle sur laquelle on peut absolument compter quand on n’a strictement besoin de rien.

Tout ceci étant considéré, on voudra bien admettre que le choix, voire l’hésitation, entre pas d’ami et pas d’amis n’est peut-être pas toujours le prolème majeur !

Notes

[1Voir la version dans la graphie d’origine sur Wikisource.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)