Démonstratifs du lointain

Ouvreur : Dominique Didier

Mise en ligne : 2/11/2001

L’OUvroir de GRAmmaire POtentielle est un peu en sommeil. Il a déjà proposé de forts utiles ajouts aux conjugaisons par des temps bien construits, une clarification des numéraux (septeize, octoze, noneize, septante, octante, nonante). Un gros chantier nous attend : celui des démonstratifs.

On sait que le français ne connaît que deux oppositions dans le temps, l’espace : ceci et celà, celui-ci et celui-là. En outre, on confond trop fréquemment en français ces notions de proche et de lointain, de déjà dit ou à dire, si bien que l’on écrit « ceci dit »... Or l’italien a préservé quelques nuances héritées du latin et il possède encore trois formes distinctes.

Nous nous proposons donc d’élargir le choix des démonstratifs. Commençons par les adjectifs [1] ; à ce, cet, cette, ces, nous souhaitons adjoindre les formes suivantes pour désigner le lointain comme avec ille [2] :

  • Cel masculin : cel homme, cel garçon.
  • Celle féminin : celle fille, celle idée.
  • Ceux masculin pluriel devant consonne : ceux garçons.
    Cels devant voyelle et h muet : cels hommes.
  • Celles féminin pluriel : celles filles.

De la même manière, nous allons exiger le rétablissement complet des pronoms dans toutes leurs formes. Les mots sont en français standard : celui, celle(s), ceux. Que de pauvreté et d’équivoques ! Cela induit une grave confusion entre le proche et le lointain. Nous décrétons donc qu’il convient d’employer des formes plus cohérentes et systématiques :

  • Celui et cêtui masculin singulier (l’accent est pour le S absent). J’ai parlé de cêtui-ci à l’instant, j’ai parlé de celui-ci la semaine dernière.
  • Celle et cette féminin singulier. Connaissez-vous cette-là ?
  • Ceux et ces masculins pluriels. On a déjà évoqué ces-ci à la place de ceux-là. Ces qui m’aiment me suivent !
  • Celles et cettes féminins pluriels. De ces cravates, préférez-vous cettes-ci ou cettes-là ?

Le système peut encore être perfectionné. Nous devons pouvoir exprimer le très lointain : voyez-vous celui-là-bas (1) ? Mais il faut encore se pencher sur la position moyenne entre ci et , une composition avec çà serait parfaite : Je parlais de cette-çà.

Nous aurions donc déjà deux séries complètes de démonstratifs que l’on pourrait nuancer à l’aide de quatre adverbes conjoints différents. Un troisième démonstratif, comme en italien, serait néanmoins nécessaire afin de faire du français une langue riche, régulière et nuancée. Doit-on importer un codette ?

J’estime que oui.

Dominique Didier

(1) Remarque de Pierre Hallet, le 2/11/2001. — Plutôt celui-là-loin, non ? Celui-là-bas n’est juste que s’il est plus bas que soi. Une combinaison d’adverbes doit permettre de préciser encore : celui-là-bas-loin, et même celui-là-onze, appelé à remplacer l’ennemi « à onze heures » des aviateurs.

P.-S.

Sur les adjectifs et pronoms démonstratifs en italien (avec la différence proximité/éloignement, voir Grammaire_italienne sur fr.wikipédia.

Notes

[1Adjectifs démonstratifs, par opposition aux pronoms démonstratifs.

[2En latin.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)