Chaque vacance(s) ? Chaque quinze jours ?

« Chaque » est au singulier, « vacances » est au pluriel. Comment faire... puisque « chaque vacance(s) » n’est pas acceptable pour la grammaire ?

Pourriez-vous me donner la bonne orthographe de chaque vacances scolaires, « chaque » étant invariable et « vacances scolaires » au pluriel ?

Chaque n’est pas invariable, mais singulier.. et épicène : c’est la même forme au masculin et au féminin (chaque homme, chaque femme). Chaque, comme chacun ou chacune, ne peut s’employer qu’au singulier puisque, par définition, il vise spécifiquement... chaque unité !

Or Vacances n’existe qu’au pluriel, dès lors qu’il ne désigne pas un vide (la vacance du pouvoir ; la vacance d’un poste). Vacances a un sens spécifique équivalant à [les] congés : « les vacances d’été, les vacances scolaires ».

Il faut donc écrire : pendant les vacances scolaires, lors des vacances scolaires, ou, si l’on veut utiliser « chaque », employer une périphrase comme le proposent Grevisse et Goosse [1] : à chaque période de vacances.

Chaque quinzaine : chaque quinze jours ?

°Chaque quinze jours remplace parfois dans l’oral populaire ou familier tous les quinze jours ou chaque quinzaine. Chaque est un déterminant indéfini qui se construit avec un nom au singulier.

Pourtant, Grevisse et Goosse relèvent (ibid., § 636) :

On trouve assez fréquemment et depuis longtemps chaque (singulier) + numéral + nom pluriel [2]. Ce n’est pas le seul cas où une indication numérique plurielle est traitée comme un ensemble singulier [...]. Mais ce tour continue à choquer.
Chaque six mois (Stendhal, Vie de Henri Brulard, XXXI). — À chaque cinq minutes (Émile Zola, Thérèse Raquin, III). — Chaque dix minutes (Maurice Barrès, Colette Baudoche, p. 39). — Chaque vingt pas (Paul Bourget, Détours du cœur, p. 125). [...] — Chaque trente secondes (Antoine de Saint Exupéry, Vol de nuit, p. 109). [...]

Équivalent irréprochable : Tous les six mois [...]. — Tour plus littér. : On relève ces hommes de trois heures en trois heures (Victor Hugo, Choses vues, p. 213). — De deux en deux heures, il faisait prendre à Olivier un bol de lait (André Gide, les Faux-monnayeurs, p. 397). — On dit aussi couramment un jour (un mois, etc.) sur deux, sur trois, etc. [...].

Chaque, éminemment singulier, choque quand il est suivi d’un adjectif numéral et d’un nom au pluriel. Même chez d’éminents auteurs, l’emploi est suffisamment rare pour qu’on ne s’autorise pas, en l’espèce, à considérer que le bon usage cautionne l’erreur passagère, fût-elle le fait d’académiciens (Barrès et Bourget).

Comme il ne suffit pas de condamner, le tableau suivant vous propose quelques équivalences...

Tour contesté Équivalents suggérés
chaque huit jours
chaque semaine

tous les huit jours

de huit [en] huit jours

chaque deux semaines

chaque quinze jours

toutes les deux semaines

chaque quinzaine

de quinze [jours] en quinze jours

de deux [semaines] en deux semaines

chaque deux mois
tous les deux mois

de bimestre en bimestre

(trimestre pour trois mois ; (semestre pour six mois

P.-S.

Cette question a également été évoquée dans une capsule linguistique de Radio-Canada.

Notes

[1Bon Usage, 14e éd., 2007, § 510, b.

[2Une référence, entre autres, à Mme de Sévigné (pour chaque mille francs).

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)