Avoir vus... ou vu ?

Question posée : doit-on écrire les cent sites à avoir VUS ou VU ?
Quand on emploie un infinitif passé comme « avoir vu », la règle d’accord du participe quand le complément d’objet direct est placé avant s’applique-t-elle ?
Certainement... mais toute la règle.

Question

Doit-on écrire : Les cent sites à avoir vus ou Les cent sites à avoir vu ?

Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde avec le complément d’objet direct si celui-ci est placé avant le verbe. Dans ce cas de figure, est-ce cette règle qui s’applique ? Autrement dit : la règle s’applique-t-elle donc même dans le cas où l’auxiliaire avoir est à l’infinitif ?

Réponse

La règle s’applique du moment que le verbe en question est construit à un temps composé, donc avec participe passé. Elle vaut donc pour l’infinitif passé (avoir chanté).

Reprenons la méthode Wilmet.

Dans les cent sites à avoir vu-s, qu’est-ce qui est vu ?
Les cent sites, écrit avant le participe. Il faut donc faire l’accord :
Les cent sites à avoir vus

De même, on écrirait bien :

  • En colère, elle a effacé les messages de Paul avant de les avoir lus.
    (Le pronom les est mis pour les messages (de Paul).
  • La première aviatrice française à avoir été brevetée fut, en 1920, Adrienne Bolland

Dans ce dernier cas, on notera la tournure « passé passive » (avoir été brevetée) avec :

  1. l’application de la règle qui veut que seul le dernier participe s’accorde (si nécessaire) ;
  2. le fait que cette tournure particulière s’accompagne bien de la variabilité du participe.

Complément

Appliquer la règle donc, mais toute la règle.

(1) Il y a d’abord le cas où le complément d’objet est placé après le participe :

  • En 1920, Adrienne Bolland fut la première femme à avoir traversé la Manche en avion.
    C’est la Manche qui a été traversée (écrit après le participe : pas d’accord).

(2) Il y a même le cas où il n’y a pas de complément d’objet
(donc pas d’accord du participe passé) :

  • Les pilotes, pour avoir décollé trop tard manquèrent leur objectif.
    Rien n’est décollé.

(3) D’autres blocages sont possibles :

Reprenons simplement le membre de phrase sur lequel nous étions interrogés, mais ajoutons un infinitif : si le complément d’objet apparent est sujet réel de l’infinitif, l’accord se fait ; sinon, non !

  • Les cent films à avoir vu projeter en plein air.
    Pas d’accord, parce qu’il s’agit bien d’avoir vu... projet les films en plein air.

Mais pour en revenir au premier cas où notre infinitif n’était pas suivi d’un autre, on aurait bien :
Les cent sites à avoir vus (... sont parfois plus beaux sous la pluie)

Résumons-nous

Il y a les cas où l’accord du participe est obligatoire

  • Les cent choses à avoir faites avant de mourir.
  • Les cent décisions à avoir prises.
  • Les cent outils à avoir utilisés.

Ce sont les choses qui sont faites, les décisions qui sont prises, les outils qui sont utilisés.

Il y a les cas où il n’y a pas d’accord du participe

Et cette absence d’accord du participe employé avec un infinitif (avoir vu, avoir fait) est due à des raisons variables.

  • Il faudrait recontacter les cent personnes à avoir répondu.
    Ce ne sont pas les personnes qui sont « répondues » : elles ont répondu... à une enquête, un questionnaire... [1].
  • Les cent personnes à avoir travaillé ici.
    Même remarque : les cent personnes sont le sujet de avoir travaillé... qui pourrait avoir un complément d’objet direct (on travaille le bois, ses mathématiques...) ou indirect (on travaille sur un dossier, à un rapport...).
  • Les cent personnes à avoir contacté notre agence.
    Comme dans les cas précédents, les cent personnes sont le sujet de avoir contacté. Ici, le complément d’objet de contacter est notre agence, placé après le participe, ce qui exclut tout acteur.

P.-S.

Avec le concours amical de JEG pour quelques exemples.

Notes

[1Dans la terminologie traditionnelle, on ferait remarquer : 1° que les cent personnes sont le sujet et non le complément d’objet direct avoir répondu ; 2° que répondre se construit avec un complément indirect, ce qui exclut tout accord).

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)