Adverbes d’autrefois

Le sens de certains adverbes s’est perdu dans la nuit des temps... C’est le cas de « pièce, naguère, jadis, (d’)antan, autrefois ». Dominique Didier les a évoqués dans le forum Usenet « fr.lettres.langue.francaise » le 22 mai 2000

Contribution de Dominique Didier

Un fil récent m’a fait souvenir de certains paradoxes temporels d’adverbes dont le sens s’est perdu.

Pierre Levet impr., éd. des Å'uvres de Villon (1489)Le mot piece , « morceau, fragment », indiquait au Moyen Âge une quantité à l’instar des copules négatives point (pas un point), pas (pas un pas), goutte (pas une goutte), mie (pas une mie). Mais il s’était spécialisé dans le temps : une piece signifiait « quelque temps, peu de temps ». D’où petite piece, « peu de temps, quelque temps », et a petit de piece, « en peu de temps » ; son contraire grant piece signifiait « un long temps, après longtemps », et par extension « heure avancée ». Ce dernier pouvait être changé en bone piece, « longtemps » ; bon agissant comme un intensif comme beau dans il y a beau temps ou la belle lurette. Je passe sur quelques constructions équivalentes à nos actuels pour un temps, au bout d’un temps.

L’intérêt du mot piece réside dans la forme pieça, locution figée pour : « il y a une pièce de temps », sous-entendu « depuis longtemps, il y a un bon moment » [1]. Le verbe avoir a été agglutiné au nom adverbialisé. Paradoxalement la quantité indéterminée de temps devient un long espace. Or si le mot pieça a disparu, ce même procédé a servi à construire l’adverbe naguère à partir de n’a gaire (il n’y a guère). L’adverbe gaire(s) ou waire(s) du francique wairago, « beaucoup », indique aujourd’hui dans les phrases négatives une quantité faible : je ne comprends guère signifie « je comprends peu ».

Au Moyen Âge, la différence s’établissait entre la forme déclarative de la phrase où gaire voulait dire longtemps, et la forme négative où il indiquait au contraire pas longtemps. De manière tout aussi étrange, le mot naguère qui renvoyait à un passé proche par sa forme négative désigne aujourd’hui un passé révolu, le temps irréel des contes de fées [2]

Cette contraction d’une phrase se retrouve aussi dans l’adverbe jadis qui vient de la phrase ja a dis, « il y a déjà des jours ». Or la quantité de temps n’impliquait pas un passé éloigné, mais un certain temps, souvent celui imprécis de l’absence d’un chevalier. Les dames du temps jadis n’étaient pas celles des siècles disparus, mais celles d’un passé encore récent, celles qui avaient été vues quelques jours auparavant.

D’ailleurs, autre paradoxe, lorsque Villon déplore les neiges d’antan  [3], et se demande où elles sont, cela peut induire en erreur le lecteur, qui s’imagine lire une plainte mélancolique sur une dissipation irrémédiable et est victime d’une illusion car ces neiges sont celles de l’« an passé » (ante annum) et l’on sait qu’elles reviendront comme d’autres visages féminins chasseront le souvenir des belles disparues. Comme si autrefois n’avait jamais existé... Lequel autrefois indiquait d’abord un aspect futur, il s’agissait de l’autre fois, la prochaine fois, donc d’une rencontre à venir, de la répétition d’une action, avant de renvoyer au temps passé. Mais le fait de la réitération dans le passé — un évènement se reproduit une autre fois — a permis d’ancrer cet adverbe dans le système des contes.

Je n’évoquerai pas tantôt qui nous a occupés... tantôt, naguère, jadis, autrefois, antan, et dans les siècles des siècles. Il contient à lui seul tous les paradoxes que j’ai esquissés...

P.-S.

Le fil complet de la discussion est archivé sur Google Groupes.

Notes

[1NDÉ. — Voir le vers 7 de la Ballade des pendus de François Villon.

[2« DB » répondait dans le forum : « Pas systématiquement. Un certain nombre de gens distinguent encore dans l’usage actuel naguère de jadis. »

[3in « Ballade des dames du temps jadis ». Voir sur Wikisource (puis chercher « temps jadis »).

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)